Monsieur le Président,

A plusieurs reprises, notre groupe vous a interpellé sur la situation en matière d’accès au  logement pour les femmes victimes de violences conjugales.

Nous le faisons à nouveau car, malheureusement, les violences envers les femmes demeurent un phénomène massif, qui touche un nombre considérable de femmes, de tous âges et de tous milieux. Les violences les plus graves sont loin d’être des situations marginales et très souvent les enfants sont aussi les victimes de ces violences avec des traumatismes extrêmement importants.

Si notre département est engagé dans des actions pour combattre ce fléau, la situation dramatique vécue par de plus en plus de femmes seules avec enfants qui ne trouvent que la rue comme solution pour fuir les violences conjugales, doit nous interpeller.

Nombreux sont les témoignages que nous font parvenir les associations et, comme notre groupe, vous avez reçu, Monsieur le Président, copie de la lettre de l’association «Femmes Solidaires» de Nanterre envoyée à Monsieur Christian Dupuy, Président de Hauts-de-Seine Habitat, Vice-Président de notre assemblée évoquant ces situations.

A l’heure où nous débattons des orientations budgétaires pour l’année 2019, à deux jours de la journée internationale de lutte contre les violences faites aux femmes, notre groupe vous demande, Monsieur le Président, que le département prenne des moyens supplémentaires pour répondre au manque criant de place en hébergement d’urgence et de logements sociaux réservés dans toutes les communes pour accueillir ces femmes.  A cet égard, notre département pourrait s’appuyer sur l’expérience menée en Seine-Saint-Denis, avec son dispositif « un toit pour elle ».

Par ailleurs, notre groupe renouvelle sa demande de mise en place d’un observatoire envers les violences faites aux femmes.

Nous vous remercions.