Monsieur le Président, Cher(e)s Collègues,

Je ne reviendrais pas sur le positionnement de notre groupe sur la création de l’EPI 78/92, préfiguration à la fusion des deux départements, vous le connaissez.

Ce rapport renforce les inquiétudes et interrogations que nous avons depuis le début de ce processus à marche forcée qui ne se construit ni dans l’intérêt des populations, ni dans l’intérêt des salariés.

Notre groupe votera bien entendu contre ce rapport et souhaite vous faire part de plusieurs remarques.

Vous présentez ce transfert des deux services voierie au sein de l’EPI 78/92 comme présentant des opportunités de gagner en performance, en qualité et en maîtrise de dépenses pour les deux départements. De multiples intérêts pour vous.

Mais quand le réseau départemental des Hauts-de-Seine est équivalent à 333 km (chiffre rapport d’activités des services 2015) que celui des Yvelines est équivalent à 1 577 km (chiffre annoncé sur le site internet du conseil départemental du 78) et que vous annoncez dans le rapport qu’après transfert à l’EPI 78/92 les dépenses de fonctionnement pour 2017, seraient réparties de la façon suivante : 60% pour les Hauts-de-Seine et 40 % pour les Yvelines.

Où est l’intérêt de maîtrise des dépenses pour notre département que vous souhaitez tant ?

Alors que ces chiffres montrent, au contraire, que c’est le département des Hauts-de-Seine qui va supporter les dépenses de fonctionnement des Yvelines, qu’il va rattraper le manquement de ce dernier en matière d’entretien et d’exploitation de sa voirie depuis plusieurs années.

Chiffres appuyés par la configuration du futur service qui comprendrait 280 personnes et dont, il semblerait que 180 agents viennent des Yvelines et 97 des Hauts-de-Seine (annonce faite lors d’une réunion des deux services aux Mureaux le 6 octobre).

 Les personnels des deux départements étant très inquiets car à ce jour ils ne connaissent toujours pas l’ensemble des conditions et garanties statutaires de leur transfert mais aussi les lieux d’affectation des quatre services territoriaux dont vous faites état dans le rapport : 3 dans les Yvelines et un dans les Hauts-de-Seine.

Vous avez décidé d’aller vite mais cela ne peut pas se faire ni au détriment des agents, de leur futures conditions de travail ni à celui des Altoséquanais, à qui, vous devez dire la vérité car vous leur faites supporter la facture de vos décisions politiques.